Loir

Comment lutter contre les loirs et les éloigner ?

Animaux protégés, les loirs peuvent causer des dommages et des nuisances s’ils infestent nos maisons : voyons quelques remèdes pour les éloigner naturellement.

Le loir est un rongeur assez commun aux environs des habitations. Ils apprécient particulièrement les arbres, mais il arrive qu’ils se faufilent dans nos maisons pour manger nos produits ou s’y installer.

Si vous avez un jardin, ou si vous vivez près d’un parc ou d’une forêt, vous les aurez peut-être déjà vus à l’œuvre, notamment la nuit, où ils sont plus actifs. Si vous voyez apparaître des petites traces de leurs activités, il faut agir rapidement car les dégâts à l’intérieur de la maison peuvent être énormes.

Ce sont de sympathiques rongeurs qui ressemblent à des écureuils mais qui peuvent causer des problèmes dans la maison.

Les loirs sont capables de nicher et de se reproduire dans les maisons. Ils peuvent causer un grand dommage avec leur tanière, les déplacements qu’ils font à l’intérieur de la maison, et même un danger à l’égard des enfants.

Les loirs sont aussi des rongeurs très curieux, et ils aiment aller explorer les coins de la maison où l’on ne va pas souvent. Ils peuvent détruire des câbles électriques, des canalisations, des papiers peints, et ils sont fortement allergisants.

Il existe différentes méthodes pour éloigner ces animaux sans les tuer : voyons quelques solutions pour une lutte écologique et naturelle contre les loirs.

Quel genre d’animal est un loir ?

Le loir, est un rongeur ne dépassant pas trente centimètres de long, habitué à sortir de son terrier à la nuit tombée pour aller chasser. Le loir, qui hiberne pendant environ six mois en hiver, s’abrite généralement dans des cavités souterraines, des arbres, des granges et parfois des greniers. Il peut donc être nuisible s’il crée son terrier à l’intérieur des habitations, emportant avec lui glands, graines et excréments.

Le loir est aussi connu sous le nom de belette. On ne peut pas nier qu’il est plutôt joli, à l’image des lapins ou des écureuils, mais il faut savoir que son poil est fortement allergisant. Il souffre d’ailleurs de ce manque d’appréciation et est classé parmi les animaux protégés.

Il se nourrit principalement de baies, de glands, de noisettes, de châtaignes, de baies et de champignons, ainsi que d’œufs d’oiseaux, d’insectes et d’invertébrés, lorsque l’animal a besoin de reconstituer ses forces avec des protéines animales après l’hibernation.

Comment repérer une infestation de loirs dans une maison

Les loirs, comme nous l’avons mentionné, sont des animaux qui cherchent à s’abriter dans des trous, des crevasses et de très petits espaces. Dans une maison, il doivent donc être repérés avant tout. Comment les débusquer ?

Lorsque le loir trouve un environnement approprié à proximité des habitations, en particulier des bâtiments inhabités, pour construire son terrier, il lui est facile de se faufiler à travers les branches des arbres et les câbles électriques et téléphoniques. C’est pourquoi il est nécessaire de vérifier ces endroits lors d’une enquête visant à éliminer les loirs.

Très tôt le matin ou dans la nuit, pendant que vous vous êtes endormis, est le meilleur moment pour les observer car ils ont l’habitude de sortir à ces heures.

Si le loir parvient à s’introduire dans les cavités du grenier, il risque de ronger le bois et de causer des dommages structurels.

Outre les dégâts causés par les rongeurs, la présence du loir peut également être gênante en raison de l’émission d’excréments et des réserves accumulées à l’intérieur du terrier, ainsi que du sifflement  » bruyant  » qu’il émet lorsqu’il dort.

Comment lutter contre les loirs

Le loir étant un animal protégé, la lutte contre les nuisibles doit se faire par des méthodes absolument naturelles et écologiques, visant à retirer l’animal et à le rendre à la nature sans l’endommager ni le tuer. Pour ce faire, il peut être conseillé de contacter des experts du secteur, qui disposent de tous les moyens nécessaires pour éliminer les loirs rapidement et sans douleur. Ils se tiennent toutefois à la disposition de tous pour conseiller les clients, ils sont théoriquement capables de trouver des solutions à tous les problèmes.

Un premier remède de base à la présence de loirs est de les déranger : comme ils sont habitués à dormir, en adoptant un comportement visant à interrompre leur « paix », il sera déjà possible de les inciter à chercher un nouveau terrier, peut-être à l’extérieur de la maison. Il est également possible d’utiliser de petits pièges et des appâts, tels que des noix et des châtaignes, pour les attraper et les libérer en plein air, notamment pendant la période de juillet à novembre, période précédant l’hibernation où les loirs mangent davantage pour accumuler la graisse utile.

Escalader le mur de la maison ou un arbre proche du bâtiment est le moyen qu’utilisent les loirs pour s’introduire dans le temps des habitations. Il est nécessaire de bien entretenir les murs pour éviter l’infestation.

Il est donc conseillé d’isoler le terrier et de le combler avec de la terre afin d’empêcher les loirs potentiels de s’y installer.

Les odeurs fortes éloignent les loirs

Les loirs sont gênés par certaines odeurs particulièrement fortes et amères. C’est pourquoi une autre méthode de lutte contre les nuisibles consiste à utiliser un répulsif pour loirs basé sur les arômes des plantes que le loir n’aime pas. Un certain nombre de produits prêts à l’emploi sont disponibles dans les magasins de jardinage et de bricolage et peuvent être particulièrement utiles à cet effet.

La puanteur du soufre est également indésirable pour les loirs : en cas d’infestation par ces petits rongeurs, vous pouvez brûler des comprimés de soufre contre les loirs près de leur terrier. La mauvaise odeur les fera fuir et abandonner leur refuge. De même, on peut utiliser de la créoline, ce qui est tout aussi ennuyeux pour l’animal.

Il est possible de les éloigner par la fumée d’une cigarette, qui convient ainsi comme un bon répulsif pour les loirs. En effet, ils ont l’habitude de dormir dans des endroits d’où ils sont libres de fuir en cas de feu.

A lire également