Qu’il s’agisse d’établir un budget dédié à la réalisation des extensions, de l’aménagement autorisé et des règlements de construction, nous allons nous pencher ici sur tout ce que vous devez savoir.

Combien coûte une extension ?

Que ce soit pour des travaux de construction ou pour des finitions supérieures, vous devrez prévoir environ 1 000 à 3000 euros par mètre carré. A cela, il vous faudra rajouter le coût des portes, de la façade…
N’oubliez pas que les petites extensions de moins de 15-20 mètres carrés ont des coûts plus élevés par mètre carré et que les terrains en pente augmenteront les coûts de fondation et de terrassement.

En règle générale, les coûts devraient être divisés en 2 c’est à dire comptez environ 50 % pour la construction et 50 % pour l’intérieur. Si vous ne voulez pas faire de compromis sur la taille de ce que vous construisez, vous pourriez réaliser des économies considérables sur les finitions intérieures.

Par exemple, le prix des tuiles et des planches en bois peut varier considérablement au mètre carré. Les options les plus chères sont bien entendu de bien meilleure qualité et plus belles, mais c’est là que réside le compromis dans le respect de votre budget.

Il est important que vous obteniez des devis d’au moins quatre constructeurs. Il est presque certain que chacun des constructeurs fournira des coûts différents pour exactement le même travail en utilisant les mêmes matériaux. Si vous n’approchez qu’un ou deux constructeurs, vous courez le risque de n’obtenir que des prix élevés, plutôt que d’avoir une idée plus juste.

Comment agrandir sans déposer de permis de construire ?

Les propriétaires sont parfois surpris de voir tout ce qui peut être construit sur une maison en vertu des droits d’aménagement autorisés. Même dans les zones de conservation, vous pouvez construire des extensions arrière à condition qu’elles répondent aux critères de taille et qu’elles soient en matériaux assortis.

Si vous envisagez de construire une extension en vertu des droits d’aménagement autorisés, étudiez attentivement les critères et demandez un certificat d’aménagement légal auprès de votre mairie. Cela vous permettra d’obtenir les documents nécessaires pour prouver que votre extension n’a pas besoin d’un permis de construire.

Quand faut-il un permis de construire pour une extension ?

En revanche, lors de la construction d’une extension plus ambitieuse, vous aurez besoin d’un permis de construire si :
Votre extension couvre la moitié de la superficie du terrain entourant votre maison.
Si vous vous dirigez vers une route
Vous augmentez la hauteur totale du bâtiment.
Vous êtes à plus de six mètres de l’arrière d’une maison jumelée.
Vous vous étendez de plus de huit mètres à partir de l’arrière d’une maison individuelle.

Votre extension d’un seul étage est plus haute que quatre mètres.
Votre extension d’un seul étage est sur le côté de la propriété et plus de la moitié de la largeur de votre maison.
Vous utilisez des matériaux qui diffèrent du style original de la maison.
Vous avez l’intention de construire un balcon ou une véranda surélevée.

Pour plus de renseignements, il ne faut pas hésiter à contacter le service urbanisme de votre commune qui pourra vous fournir tous les documents.

Que faire si une demande d’aménagement est rejetée ?

Tout d’abord, il est important d’essayer de comprendre exactement pourquoi la demande a été rejetée. Les propositions peuvent être largement acceptables, mais contiennent simplement un détail que l’autorité locale ne peut approuver, auquel cas la présentation d’une nouvelle demande qui a été modifiée en conséquence devrait suffire pour obtenir l’autorisation dont vous avez besoin.

Il se peut toutefois que ce que vous proposez soit fondamentalement en dehors de la politique de planification ou des directives avec lesquelles les planificateurs travaillent. Si c’est le cas, vous devez vraiment comprendre en quoi consistent ces politiques et les remanier pour que votre projet soit conforme à ces paramètres.

La troisième possibilité est que vous pensez que votre plan était conforme aux directives de la politique, mais le service de planification a fait une interprétation déraisonnable des règles et l’a refusée. Dans ce cas, il peut être utile d’aller en appel pour faire réétudier le dossier.

Fermer le menu